Foto
05Fév

Le phénomène du vilain petit canard dans une équipe

La présence d’un «vilain petit canard» est un phénomène largement répandu dans les équipes. Elle est en général symptomatique d’une équipe dont l’identité est mal établie. En renforçant artificiellement la cohésion d’un groupe, «le vilain petit canard» contribue à masquer les véritables dysfonctionnements.

L’exclusion d’un membre de l’équipe

Il arrive qu’un membre de l’équipe soit exclu par le groupe, soit parce qu’il ne respecte pas les règles de fonctionnement de l’équipe, soit parce qu’il a avec la plupart des membres de l’équipe des difficultés relationnelles. Cette exclusion peut être volontaire ou involontaire de la part de l’individu concerné. Le «vilain petit canard» est une métaphore utilisée pour décrire ces individus dont la personnalité, les attitudes, les comportements posent problème au reste de l’équipe. L’exclusion peut émaner de la personne concernée ou des autres membres de l’équipe mais conduit au même phénomène. En effet, plus un membre d’une équipe montre se désolidarise de la norme du groupe plus le groupe va l’exclure. Le rejet du «vilain petit canard» se matérialise en général par un isolement social, plus le temps passe, et plus les relations de cet individu avec le reste du groupe deviennent limitées. Il se retrouvera mis à l’écart des conversations et des temps d’échanges informels. Il pourra aussi être mis à l’écart des temps d’échange formels, ce que l’on pourra qualifier d’isolement technique, le reste de l’équipe décidant de ne plus collaborer avec lui ou de ne plus lui transmettre les informations nécessaires à l’exécution de ses tâches.

Le «vilain petit canard», facteur de cohésion

Dans de nombreux cas le «vilain petit canard» est présenté comme le seul responsable des problèmes du groupe alors qu’il est souvent le révélateur d’un malaise identitaire collectif et d’un dysfonctionnement managérial :

  • Malaise identitaire : l’équipe se définit non pas comme un collectif à la poursuite d’un accomplissement commun mais comme un groupe d’individus que la stigmatisation du vilain petit canard rassemble. L’énergie consacrée à faire vivre cette exclusion est une énergie qui n’est pas consacrée à l’achèvement de résultats en équipe.
  • Dysfonctionnement managérial : l’existence durable d’un tel phénomène d’exclusion dans une équipe traduit une forme d’impuissance chez le manager. Impuissance dans sa capacité à rassembler autour d’un but sain, impuissance également dans sa capacité à résoudre les antagonismes «groupe-individu», impuissance enfin à prendre en compte toute la diversité de son équipe.

Résoudre un problème d’exclusion

Une question souvent posée au coach d’équipe : faut-il sortir de l’équipe celui qui ne fait pas corps avec elle ? A quelques rares exceptions près, liées à des personnalités particulièrement difficiles, ou lorsque le niveau de souffrance ressenti par la personne exclue est trop important, la réponse est non. Si le «vilain petit canard» est définitivement écarté, un autre reprendra cette fonction, car le collectif ne sait se définir autrement que par la stigmatisation de l’un de ses membres. Les managers qui s’apercevront de la mise à l’écart d’un membre de l’équipe devront intervenir rapidement pour ne pas laisser le phénomène s’installer, polluer l’attention et gaspiller les forces du collectif.

En coaching d’équipe, la résolution de l’exclusion pourra se faire en procédant par étapes en procédant par exemple comme ceci :

  1. identifier la personne en situation d’exclusion ;
  2. explorer avec elle, à l’écart du groupe, les raisons perçues ;
  3. interroger un panel des autres membres de l’équipe pour comprendre leur position;
  4. constituer une petite équipe centré autour d’un projet de travail incluant « le vilain petit canard » et d’autres membres de l’équipe, si possible parmi les moins virulents à son égard.

La réussite d’un tel processus permettra de générer un début d’inclusion, d’où pourra naître ensuite une nouvelle dynamique vertueuse dans l’équipe. Il faudra alors apprendre à l’équipe à se définir autrement que par l’exclusion de l’un de ses membres.

Rodéric Maubras

Directeur de l’école